Contes et Légendes de Vendée, vol 2

Contes et Légendes de Vendée

COUV CLV2Volume 2

(Découvrez trois extraits au-dessous du bon de souscription)

SOUSCRIPTION

Il était une fois 425 pages de légendes et contes merveilleux au cœur de notre Vendée… 40 textes écrits par 40 écrivains plus talentueux les uns que les autres et illustrés par 3 dessinatrices vendéennes aux doigts d’argent.

Passionnés par notre océan, nos rivières, notre bocage, nos plaines, nos forêts, notre histoire et notre marais, ces magiciens vous offrent 425 pages de bonheur, d’émotion et d’évasion : le fruit de leur imagination ancrée dans la réalité vendéenne.

  BULLETIN DE SOUSCRIPTION

à retourner à

ELLA éditions
42 route de Chavannes

28 300 LÈVES

 

En souscrivant (de préférence avant le 20 février 2013), vous bénéficiez d’un tarif préférentiel sur le prix de vente public et contribuez activement à l’édition de cet ouvrage :

-      1 exemplaire : 15 € (quinze euros)
-      5 exemplaires : 70 € (soixante-dix euros)

À compter de la diffusion dans les librairies et presses (prévue pour mars 2013), le livre sera vendu : 19,60 € (dix-neuf euros et soixante centimes)

Les règlements de cette souscription seront remis en banque uniquement après livraison à votre adresse des exemplaires commandés. La livraison sera totalement gratuite.
 

NOM…………………………………………………………………………………………...

 Prénom…………………………………………..……………………………………………

 Organisme / Entreprise (le cas échéant)    ……………………………………………..

 Adresse……………………………………………………………………………………….

 …………………………………………………………………………………………………

Ville ………………………………………………………...................................……………

 Code postal ………………………………. Courriel …………………………………….

déclare souscrire à l’achat de   ..............................   exemplaire(s) de
« Contes et Légendes de Vendée Volume 2 »

et joint un chèque de ................................  € libellé à l’ordre de ELLA éditions.

 

Signature

 

 




 

Voici trois extraits de trois textes, qui vous donneront, j’espère envie d’en lire davantage !

 

« Capucine habite une mezzanine. C’est une gamine
mutine qui ressemble à Mélusine. Elle se dandine et danse la
biguine avec Amandine, sa benjamine. Elle est câline,
coquine et très féminine avec sa crinoline en popeline, sa
capeline de mousseline et ses ballerines de citadine. Ses yeux
sont des aigues-marines qui me font penser à une ondine.
Elle me taquine, me fascine et me dessine une brigandine
pour pêcher la sardine au large des îles Grenadines. Mais la
visite se termine, et une arlequine chagrine s’obstine à me
jeter de cette cabine…
« Je me retrouve donc dans le couloir, très noir, et je suis
au désespoir de quitter cette histoire. » 

Sylviane Gavaud « Le batelier du Pilier »

 

« Déterminée à poursuivre jusqu’à la mer, dont elle est séparée
par encore une dune, elle emprunte une sente
de sable blond. Elle ôte ses ballerines, et faisant fi des
bourrasques qui menacent, elle enfonce ses pieds avec délice
dans la fraîche douceur du sol sableux. Elle marche. Une
rafale la contraint à ralentir. Elle reprend son rythme, une
autre la fait suffoquer. Elle veut poursuivre, un souffle frais
lui déclenche une toux. Ses pas deviennent incertains, plus
hésitants. Consciente que ses forces diminuent, Émeline
ralentit. Elle ne peut pas reprendre sa respiration, l’odeur la
contrecarre… L’épuisement submerge sa frêle silhouette.
Elle trébuche. Le vent saisit cette opportunité pour lui lancer
au visage une poignée de sable. Émeline s’agenouille en
crachant, en bavant. »

Pierrette Gobin-Vaillant  «  Sion à pleins poumons »

 

« Frère Colin, qui était aux premières loges, entendait tous
les ragots et n’était pas moins curieux que les autres, tout
moine qu’il fût. Un soir que l’orage grondait et que la pluie
commençait à tomber dru sur le chantier, ouvriers et gardes
s’étaient reclus à l’abri, et il lui prit l’idée d’aller faire un tour
dans la galerie. Il se disputa tout un moment, son ange
gardien l’exhortant à un peu de retenue et de discrétion, son
diablotin l’assurant qu’il n’y avait aucun mal à se documenter.
Le coquin ayant gagné, le garçon traversa le chantier en
courant vivement, relevant sa robe à deux mains, et entra
dans la galerie que les gardes avaient délaissée. Le couloir
était peu éclairé, ses sandales butaient sur les pierres du sol. Il
marcha longtemps, il lui semblait que ce conduit n’en finirait
jamais. Parfois il se mettait à courir, et ses pas résonnaient
fort d’un mur à l’autre ; le son rebondissait et s’amplifiait, se
répercutait bruyamment, et le moine effrayé s’arrêtait pour
faire taire ce bruit gigantesque. Mais voilà que le couloir
s’élargissait,… »

Armande Burneau « Le souterrain de Ste Hélène »


lien facebook

lien-vers-fb